Le complexe du Camerounais ou le traumatisme du frustré politique

coller-la-petite-1-million-franko-jewandaJ’ai longtemps gardé ce texte caché car relevant de l’intime le plus absolu. Au-delà du sujet de l’engagement politique, il révèle un drame personnel. J’ai décidé de le publier à la veille de l’hommage à celui que je considère comme mon modèle littéraire, Mongo Béti pour les 15 ans de sa mort. Un modèle d’activisme et de clairvoyance politique. J’ai écrit ce texte la première fois en pensant à lui et à tout ce qu’il a fait pour ce pays mais aussi pour l’Afrique et ses habitants. S’il vivait encore aujourd’hui, le défaitisme politique des Camerounais l’aurait révolté.

Lire la suite de « Le complexe du Camerounais ou le traumatisme du frustré politique »

Publicités

Palais Moribonds # 12 : au Gabon, Ali Baba et les quarante voleurs

Palais_présidentielAu sommaire : Gabon : Ali Baba et les quarante voleurs ; Kabila le sourd-muet et le swahili, langue du miracle; Issa Hayatou : pour la mort du football africain.

Gabon : Ali Baba et les quarante voleurs

Ils sont quarante. Quarante ministres pour une population de moins de deux millions d’habitants. Généralement, un voleur est un radin. Puisqu’il utilise des méthodes peu orthodoxes et qu’il a peur de se faire voler à son tour, il s’entoure des plus proches. Mais là, Ali Bongo surnommé à juste titre « Ali Baba » pour sa faculté exceptionnelle à pouvoir dérober la victoire à ses adversaires a besoin d’être entouré. Le couperet est tombé tellement près de lui qu’il veut du monde. Il a besoin d’entendre des mots doux, il a besoin de remercier, de donner, donner et encore donner de l’argent pour remercier ses fétiches comme le musulman qui offre aux pauvres pour remercier son Dieu.

Lire la suite de « Palais Moribonds # 12 : au Gabon, Ali Baba et les quarante voleurs »

RDC : Kabilistes # Mobutistes : le match retour ne doit pas avoir lieu !

mobutu-joseph-kabilaLe passé sert de boussole à une nation. L’histoire qui le constitue doit servir de soubassement pour la construction d’une conscience nécessaire à l’édification d’un pays.

En République Démocratique du Congo, l’histoire malheureuse née avec Léopold II bégaye à intervalles réguliers. Le souverain belge qui a fait du Congo une propriété personnelle au prix de massacres et de destructions de cultures séculaires semble avoir imprimé sur les dirigeants la malédiction de l’appropriation privée du pays. La mort de Patrice Emery Lumumba a été un tournant historiquement malheureux. Son entreprise visant à imprimer une conscience panafricaine, nationaliste et d’intégrité dans chaque Congolais n’a pu se réaliser. Depuis, la RDC accumule les dirigeants sans conscience politique qui considèrent le pays et ses richesses comme appartenant à leurs familles, clans et à eux-mêmes. Lire la suite de « RDC : Kabilistes # Mobutistes : le match retour ne doit pas avoir lieu ! »

Belgique : la N-VA et l’irrésistible délice du pouvoir propre au capitalisme

veerle-wouters-en-hendrik-vuye-maat-van-de-monarchieLe pouvoir est délicieux. Il est même succulent, plus délicieux que le mirage incertain d’une séparation de la Belgique. On ne cesse d’en redemander : voiture de fonction vous donnant l’impression de surfer au-dessus de la vague portée par les citoyens, bureaux étincelants, la flatterie des palais, salaires de ministres, le sommet de la hiérarchie sociale, des réunions de partis enfin décrispées et joyeuses, policiers au garde-à-vous, petits fours, champagne (à boire modérément, Bart y veille…), etc. Et puis, et puis, on est surtout l’ami des grands patrons, des multinationales qui ne cessent de vous dire combien ils comptent sur vous… Lire la suite de « Belgique : la N-VA et l’irrésistible délice du pouvoir propre au capitalisme »

Palais moribonds#11 : Qui a dit que l’Africain du Congo avait peur ?

Palais_présidentielCongo : Kabila et le préavis impossible à prester

L’employeur peut-il avoir peur de l’employé ? Oui. Mais seulement quand ce  dernier lui est absolument indispensable. Joseph Kabila, l’employé vicieux a-t-il encore une quelconque utilité pour son employeur, le peuple africain du Congo ? Que nenni ! Assis sur son trône au coeur du Palais de la Nation, il déchire le contrat que le peuple lui a accordé. Après 16 années au pouvoir, la fracture sociale est plus que jamais abyssale. Lire la suite de « Palais moribonds#11 : Qui a dit que l’Africain du Congo avait peur ? »

Chroniques des Palais moribonds#10 Élections au Gabon: faut-il faire semblant d’en finir avec Ebola pour inoculer le VIH sida ?

ali-bongo-jean-ping_0

Le Gabon pour son plus grand malheur est un incubateur de maladies virales. Des maladies virales politiques et économiques qui ne cessent de le ronger depuis des décennies. Le Gabon, ce patient qu’un charlatan se disant médecin et qui se fait appeler « État français » a trouvé sur le bord de son chemin. Une trouvaille heureuse pour ce charlatan qui a décidé de dépouiller son patient naïf. Pour cela, il le vide de son argent en lui inoculant en retour différents types de virus. Afin de garder cette influence scabreuse sur son patient naïf, le charlatan français va jusqu’à pratiquer le chamanisme en lui embrouillant l’esprit grâce à des images et des foutaises que lui seul sait inventer.  Le patient gabonais, marqué par des exorcismes empreints de néocolonialisme soutenu a complètement perdu son identité. Il ne sait plus qui il est ni où il va. Lire la suite de « Chroniques des Palais moribonds#10 Élections au Gabon: faut-il faire semblant d’en finir avec Ebola pour inoculer le VIH sida ? »

Chroniques des Palais moribonds # Épisode 9

Palais_présidentielAu sommaire :

Sénégal – Tchad : la punition méritée pour un chacal du désert et les petits arrangements judiciaires d’un président – Guinée-Bissau : Baciro Djâ, le Premier Ministre SDF – Burundi : Nkurunziza et le délire psychotique – Burkina-Faso : l’opération pourrissement produit ses résultats. Lire la suite de « Chroniques des Palais moribonds # Épisode 9 »